De saint Blaise -3 février- à saint Valentin -14 février

Saint Blaise
Saint Blaise peint par Hans Memling
(wikimedia)

Saint Blaise, évêque d’Arménie martyrisé en 349, saint patron des cardeurs, était d’abord invoqué comme partout en tant que thaumaturge, capable de guérir les maux de gorge, ou bien était assimilé à un saint agraire, comme saint Antoine qui le précède de quelques jours au calendrier. Mais en cette période de l’année qui recouvre les temps où nos ancêtres Celtes et Romains célébraient la fécondité, saint Blaise a pris par endroits la succession des antiques coutumes pour devenir le saint qu’on invoquait pour trouver un mari. Le saint Blaise de Thônes montre d’ailleurs une particularité qui rappelle cette coïncidence : il porte 6 doigts à la main gauche, un pudique annulaire supplémentaire en quelque sorte !

Emblématique du mois de février à Thônes jusqu’à la seconde guerre mondiale, la vogue de la Saint-Blaise, première de l’année, fêtée le dimanche et le lundi les plus proches du 3 février, était pour les jeunes gens l’occasion privilégiée de se rencontrer. Avec des rituels bien codifiés, une comptine, une boucle de laine brute, elles allaient invoquer le saint protecteur de la maladière de Tronchine, avant d’entrer dans la danse, de festoyer et peut-être de rencontrer là leur futur mari, s’il plaisait à saint Blaise de passer le flambeau à saint Valentin qui le suit de près au calendrier ! Le lundi, tous allaient manger les crosets, ceux faits par le boulanger pour l’occasion, selon une recette spéciale, comme toutes les offrandes votives.

 Monique Fillion

Sources


En savoir plus sur saint Blaise ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *