Balade autour des origines des lacs des Aravis

Les lacs qui nous entourent n’ont pas toujours existé : certains ont été façonnés par le mouvement et la fonte des glaces, les autres ont une origine humaine.

Les lacs d’origine glaciaire

Les lacs les plus anciens du Val de Thônes n’existent plus. D’origine glaciaire, ils ont fini par disparaître, l’érosion aidant à faire sauter les bouchons des cluses. Le dernier lac glaciaire de Thônes a existé sans doute pendant quelques milliers d’années, jusqu’à la fin de la dernière glaciation. Allant de Dingy à Thônes, le déversoir était l’actuel col de Bluffy. Ce lac résultait à la fois du repli des glaciers vers le haut de la vallée, et du maintien de la glace au défilé de Dingy qui empêchait l’écoulement de l’eau du Fier !

Le lac des Confins

Il s’agit d’un lac proglaciaire, c’est à dire qu’il s’est formé à l’avant d’un glacier, en l’occurrence le glacier de la combe de Bella Cha.
D’une profondeur maximale d’environ 6 m, il renferme environ 130.000 m3 d’eau. Depuis 1987 des skieurs et plus généralement des glisseurs essaient de le traverser à ski en prenant leur élan sur une piste de ski. Cet événement, le Défi Foly organisé par le Club des Sports de La Clusaz, a lieu à chaque printemps pour fêter la fin de la saison de ski.

Le lac de Tardevan

lac_tardevan
Le lac de Tardevan

On le découvre au terme d’une balade agréable au départ du lac des Confins. Avec ses 2110 m d’altitude c’est le plus élevé des Aravis.

Le lac du Mont Charvin

Source du Fier, ce lac est perché à environ 2010 m d’altitude. Sa profondeur maximale est d’environ 3 m.

Le lac de Peyre

Objectif d’une randonnée très courue au départ du Col de La Colombière, le lac est situé sur la commune du Reposoir, sur le chemin du col de Balafrasse, réputé pour la présence de nombreux bouquetins.

lac_de_lessy_2009
Le lac de Lessy en 2009

Le Lac de Lessy

D’une profondeur de 5 m au mieux, valeur sujette à évolution, le Lac a subi des travaux importants en 2007 pour améliorer son étanchéité, faute de quoi il aurait probablement disparu ou été réduit au rang de « gouille » d’eau.

Les lacs artificiels et les retenues collinaires

Le lac de Thuy

Lac en eaux closes, il s’agit d’un lac artificiel créé avec la zone artisanale de Thônes au début des années 1970, il prend vraisemblablement la place d’un plus grand lac glaciaire qui a pu exister voici plusieurs millénaires à l’entrée de la vallée.
Au début du projet, le plan d’occupation des sols (POS) de la ville de Thônes prévoyait de réaliser la zone artisanale à l’emplacement du lac. M. Besson, adjoint au maire chargé de la commission urbanisme et travaux, a proposé de placer la zone là où elle est aujourd’hui, afin de conserver la forêt et le petit étang déjà présent pour créer une zone de loisirs. Le lac a ainsi été creusé par l’entreprise Pegaz et Pugeat pour obtenir le gravier nécessaire au remblai de la zone. A l’origine une petite île était présente au centre du lac, aujourd’hui il est empoissonné régulièrement.

lac_beauregard
Le lac artificiel de la Ferriaz enneigé
(Photo Jean-Philippe Chesney)

Les retenues collinaires de La Clusaz

  • Le Crêt du Merle, 15.000 m3, créé en 1994, 26.000 m3 en 2005
  • Beauregard (2003) lac artificiel de la Ferriaz, 41.000 m3
  • Balme, Lac du Plan du Lachat, 64.000 m3 à l’origine (agrandi en 2013)
  • Le lac artificiel des Laquais (été 2007) 58.000 m3

Les retenues collinaires du Grand Bornand

  • Le lac de la Cour au Chinaillon, creusé en 1994 (57.00  m3), a été vidangé en 2011. Profondeur de 8 m. Lâchés de truites arc-en-ciel
  • Le nouveau lac du Maroly, 300.000 m3, profondeur de 18 m, compte parmi les plus grands lacs artificiels des Alpes.

La retenue collinaire de Merdassier à Manigod

Elle a été créée au début des années 2000 (entre 2005 et 2009) pour assurer l’enneigement artificiel des pistes.

 

Pour la pêche dans les lacs et rivières, nous vous invitons à vous rapprocher de la société de pêche de Thônes http://thones-peche.fr ou de la fédération des associations de pêches.
Il existe également des lacs souterrains, pour en savoir davantage nous vous invitons à vous rapprocher d’une association de spéléologie locale, du bureau des guides ou d’une entreprise spécialisée.
Pour des informations sur la baignade nous vous invitons à vous rapprocher des Offices de Tourisme concernés et à respecter la signalisation en vigueur autour des lacs. Celle-ci est généralement interdite dans les retenues d’eau qui sont utilisées pour l’enneigement artificiel ou l’alimentation en eau des communes.

Erwan Pergod

Sources

  • Monographie physique des plans d’eau naturels du département de la Haute-Savoie, J. Sesiano- France, Université de Genève – Département de minéralogie,‎ 1993

Sur le même thème

Pour en savoir plus sur l’origine des retenues collinaires, vous pouvez vous référer à notre article sur les stations de ski du Val de Thônes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *