Dans la cour de récréation…

« Touché ! T’es fait prisonnier ! »

« Le fermier est dans son pré, dans son pré… ! »

Qui n’a pas entendu ces paroles résonner dans la cour de récréation de son école ! Eh oui, la récréation, moment très attendu par les enfants qui assis devant leur pupitre se levaient aussitôt que le maître avait annoncé « Allez, c’est l’heure de la récréation » après avoir entendu la cloche ou la sonnerie ! Avant de sortir, certains prenaient dans leur sac ou leur poche leur « goûter ». C’était souvent un morceau de pain et une barre de chocolat, une part de gâteau fait maison ou quelques biscuits, enveloppés dans un morceau de papier, grignotés par petits bouts ! Puis ce furent les « goûters prêts à être consommés », achetés déjà enveloppés.

Et de nos jours… plus de « goûters », ils sont interdits dans la cour de récréation !

recre_1

Ce moment privilégié qu’est la récréation n’a pas toujours existé. C’est en 1866 qu’un ministre de l’instruction publique aux idées avancées, Victor Duruy, institue la récréation : pause de dix minutes octroyée aux élèves pendant les cours de la matinée. De nos jours, les élèves des écoles primaires ont deux récréations de vingt minutes chacune, une le matin, l’autre l’après-midi.

L’atmosphère des cours de récréation était bien différente entre les écoles des villes et de la campagne. L’espace « cour » peut être un espace resserré entre les murs des alignements des classes ou au contraire ouvert sur le paysage alentour. Autrefois, il était souvent en terre battue ou recouvert de gravillons. A l’heure actuelle, la cour possède un revêtement goudronné. Le nombre d’enfants dans l’école a aussi son importance.

Si certaines écoles étaient mixtes dans les zones rurales, à cause du nombre d’élèves, filles et garçons étaient souvent scolarisés les unes à l’école des filles et les autres à l’école des garçons. Même si ces deux écoles étaient situées dans le même bâtiment, les cours de récréation étaient séparées, parfois par un grand mur comme au groupe Thurin, certains Thônains s’en souviennent encore ! La mixité n’a été rendue obligatoire qu’en 1975 par M. Haby, ministre de l’éducation nationale.
Filles et garçons ont des jeux en commun, mais certains jeux sont davantage pratiqués par les uns ou par les autres.

Le ballon prisonnier met en présence 2 équipes plus ou moins nombreuses sur un terrain représentant aux extrémités « les prisons ». Le porteur du ballon essaie de toucher quelqu’un du camp adverse pour l’envoyer en prison ! La partie commençait au début de la récréation… mais connaissait rarement de fin, à cause de la sonnerie marquant la fin de la récré !

Un, deux, trois, soleil ! Que de contestations entre les joueurs et le meneur de jeu ! « je t’ai vu bouger », « tu t’es pas arrêté quand je me suis retourné ! »…

Chat perché ! Dans les cours actuelles, peu d’emplacements existent pour y jouer !

Les 4 coins : Il est facile de tracer un grand carré sur le sol et de placer un élève à chaque coin, plus un au centre qui donne le signal. Aussitôt les joueurs se déplacent en courant soit sur les côtés, soit en diagonale et ne reste au centre que celui qui n’a pu trouver à se placer dans un coin !

recre_2Parmi les jeux qui demandent moins de participants, on peut citer la marelle tracée au sol qui permet, en poussant une pierre de cases en cases et en sautant à cloche-pied, de partir de la case Terre et au bout de 8 sauts d’arriver à la case Ciel !

« Tiens voilà main droite, tiens voilà main gauche… » se joue par deux, en se faisant face à face, les enfants frappent alternativement leurs mains sans se tromper et en chantant tout en accélérant le rythme des frappés.

recre_3Le jeu de l’élastique est relativement récent. Un très grand élastique est tendu entre les chevilles de deux joueurs. Un troisième doit sauter pour rassembler, croiser, les 2 côtés tendus de l’élastique… en faisant de multiples figures.

On peut jouer à la corde à sauter individuellement ou bien à trois, comme pour l’élastique, en chantant des comptines « Lundi, mardi, mercredi… » qui accompagnent les tours de corde.
Parmi les jeux de groupe figurait aussi celui de « Passe, passera, la dernière… » où par deux en se tenant les mains, on passait sous les bras tendus de ses camarades.

recre_4S’il est bien un jeu qui a occupé des générations d’écoliers, c’est celui des billes ! De nombreuses règles, adaptées par les enfants eux-mêmes, ont permis des parties mémorables : s’approcher le plus rapidement du « pot », poursuivre la bille adverse en faisant des « carreaux ». On gagnait ou perdait des billes. Mais que d’échanges ont été réalisés pour avoir la bille convoitée parce qu’elle était aux couleurs multiples ou à cause de sa taille : avoir un  « calot » ou un « boulet », quelle chance ! Eh bien, de nos jours ce jeu a été écarté des cours de récréation, car jugé trop dangereux…

D’autres jeux ont eux aussi complètement disparu des cours de récréation. Le jeu de balle(s) lancée(s) contre un mur, associé à des mouvements du corps pendant qu’une comptine était chantée : « d’une main, de l’autre main, bras croisés, double bras croisés, génuflexion… », ou bien Colin-maillard, aux gendarmes et aux voleurs ou à saute-mouton.

recre_5Quelques enfants ont joué aux osselets, jeu d’adresse où les 4 osselets plus « le roi », l’osselet rouge, devaient être lancés tour à tour ou par groupe, rattrapés selon des règles données.

Pour désigner le meneur d’un jeu, on plombait : « Caillou, ciseaux, papier » (le caillou écrase les ciseaux, qui eux-mêmes gagnent sur la feuille !).
D’autres ritournelles avaient aussi ce rôle « Am, stram, gram, pique et pique et colegram… » ou « Plouf plouf ce sera toi qui ira… » ou encore « Un petit cochon pendu au plafond… ». A chaque mot, l’enfant qui chantait touchait un des ses camarades. Celui sur qui tombait la dernière syllabe était choisi ou éliminé, selon la règle convenue. Des jeux de ronde qui n’existent plus guère sauf peut-être celui appelé la chandelle ou le facteur ou le mouchoir : les enfants sont assis en rond, un autre court autour et doit déposer un foulard derrière un de ses camarades sans que celui-ci s’en aperçoive.
La ronde était aussi l’occasion d’entonner des chansonnettes : « Le fermier est dans son pré, dans son pré… » ou « Si tu veux faire mon bonheur… » ou « Bague, bague, tu l’auras… ».

recre_6Une activité a passionné des générations d’enfants à partir des années 50 : les échanges d’images que l’on trouvait surtout dans les plaques de chocolat Poulain, Kohler, Cémoi…, dans le but de compléter sa collection. Ces images étaient ensuite collées sur des albums qui avaient pour thème la géographie, la vie des d’animaux, les minéraux, les grandes inventions…
Maintenant les enfant échangent des vignettes représentant des footballeurs ou des cartes du jeu de « Pokémon »… cartes qui ne sont plus trouvées au hasard des plaques de chocolat mangées, mais achetées !

Le jeu de football est toujours autorisé dans la cour de récré mais avec un ballon en mousse qui n’est pas dangereux pour les enfants jouant alentour.

La cloche ou la sonnerie donne le signal de rentrée dans la classe. A grands regrets les enfants d’aujourd’hui rangent ballons, élastiques ou cordes à sauter comme le faisaient voici quelques années leurs aînés avec les billes.
Ce temps de détente leur a permis d’avoir un moment de partage et de vie en groupe où des règles doivent être respectées. Et même si quelquefois surgissent des contestations plus ou moins brutales, la récréation reste un instant privilégié pour l’apprentissage de la vie en commun.

Et nous adultes, nous avons certainement de magnifiques souvenirs de nos récréations d’antan. Peut-être avez-vous joué à d’autres jeux non cités ici, aussi n’hésitez pas à nous faire part de vos souvenirs !

Danielle Perrillat-Mercerot

Illustrations :
Les albums et collections de Danielle Perrillat-Mercerot.
Les images anciennes sont tirées de Jeux, chants, rondes, comptines de G. Henri Blanc, 83570 Cotignac, édition à compte d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *