La régie, fille de la fée électricité

Si, depuis le début du XXe siècle, de petites unités de production d’énergie pouvaient satisfaire des besoins particuliers, l’extension de la demande a bientôt mis en évidence la nécessité de regrouper les moyens : l’union fait la force !

La décision de la création d’une association intercommunale a été prise le 21 septembre 1928 par 12 des communes du canton (*) sous l’impulsion d’Eloi Cuillery, conseiller général, la loi permettant aux collectivités locales de s’électrifier par leurs propres moyens dès lors que les sociétés privées n’étaient pas en mesure de distribuer l’énergie aux petites communes. Seul manque le Grand-Bornand qui rejoindra les autres en 1929. La Giettaz s’associera au canton en 1933. Le nouveau syndicat intercommunal demande l’autorisation d’exploiter son réseau d’énergie électrique sous la forme d’une régie fin 1930, et c’est le 28 avril 1931 que naît la  « Régie du Syndicat Intercommunal d’Électricité de la Vallée de Thônes ».

Le nouveau syndicat désireux d’améliorer au plus vite la situation accepte en 1930 la proposition de Léon Laydernier, directeur des Forces du Fier, de remplacer la ligne principale haute tension 5000 V venant de Vignères par une ligne en 35000 V, la commune de Thônes se chargeant de faire construire un poste de transformation sur un terrain communal situé au même emplacement que le poste actuel sous la Roche de Thônes. Ce transformateur d’une puissance de 400 kW maximum, l’équivalent d’une industrie moyenne actuelle, transformera cette énergie en tension 10000 V pour la redistribuer aux quartiers et hameaux de Thônes et à toutes les communes inscrites au syndicat avant la distribution terminale en 110 V, et 220 V triphasé. Une plaque « Forces du Fier » est restée sur le bâtiment jusqu’à la réfection relativement récente des postes transformateurs.

Ce n’est qu’à la suite de la création de cette régie que le réseau peut enfin se développer dans le canton. A titre d’exemple, pour Saint-Jean-de-Sixt, ce n’est qu’en juillet 1932 que l’électricité débarque dans les foyers. Une illumination particulière est organisée le 14 juillet pour fêter l’événement.

marcel burel nb
Marcel Burel

C’est Marcel Burel, jeune ingénieur du génie rural, qui est recruté et qui prend la direction de cette nouvelle régie. Il dira plus tard (**) que c’est à cause de ses grosses chaussures et de sa tenue qu’il a été choisi car il avait appris que la régie recherchait un « gars de terrain » pour la diriger. Auparavant il avait déjà travaillé en Isère, Savoie et Haute-Savoie, depuis Lyon où il résidait. Il faisait tous ses déplacements en moto. C’est sur un chantier à la Clayette (71) qu’il apprit l’existence de ce poste à responsabilité proposé à Thônes : il  fit le détour pour se présenter au syndicat en rentrant à Lyon.
Marcel Burel prend son nouvel emploi à bras le corps. Il consulte et se renseigne sur les besoins réels des gens, visitant dans toutes les communes les entreprises, hôtels, fermes et particuliers.

Eloi Cuillery - regie
Eloi Cuillery

Il est fort surpris, chez les agriculteurs, de voir qu’on lui réclame un branchement non pas pour le confort de la famille mais uniquement pour une lampe à l’écurie afin de faciliter la traite, toute flamme étant proscrite à cause du foin et du bois. Il fait réaliser des études et lance de multiples appels d’offres pour la réalisation des réseaux et branchements. Sur les chantiers réalisés par l’entreprise Chevalier d’Annecy, la régie fournit les fils de cuivre et l’entreprise les poteaux bois et béton. Cette dernière avait trouvé la solution de sous-traiter l’acheminement des poteaux entre la voie publique et les points de raccordement aux agriculteurs équipés de chars tirés par des chevaux, comme le raconte Aimé Dupont ancien président du syndicat, à propos de son frère Jean, à Saint-Jean-de-Sixt dans les années 1930-32. Tous ses projets sont soutenus à la préfecture par Eloi Cuillery, qui jouit là-bas de très nombreuses relations permettant d’accélérer le traitement des dossiers.

Les premiers employés de la régie seront Louis Cuillery et Edouard Méjean. Lors de sa création, la régie s’installera dans les locaux de l’ancien hôtel du Cheval Blanc, rue de la Saulne. Une annexe pour le matériel sera construite à l’arrière. Les bureaux étaient au premier étage et un appartement de fonction se trouvait au deuxième. En 1946, eut lieu la nationalisation des entreprises électriques et gazières, avec pour l’électricité la création d’EDF. La loi permettait toutefois le maintien des sociétés dans lesquelles l’État ou les collectivités publiques possédaient la majorité, en particulier les régies. La régie continuera donc son développement. L’évolution du marché et de la densité des réseaux sera phénoménale, avec les énormes besoins des nouvelles industries et le développement des stations de sport d’hiver. C’est en 1968 que le bâtiment administratif de la rue Jean-Jacques Rousseau est inauguré, le pôle technique ayant été créé un peu plus loin, au coin du Passage des Addebouts, quelques années plus tôt.

Dans les années 1950 le réseau haute tension fut connecté à celui issu du Val d’Arly par les Esserieux, et l’alimentation depuis Vignères fut totalement refaite par EDF, pour un passage à 63000 V. Cet important chantier fut réalisé par une entreprise extérieure qui amena ses monteurs, qui logeaient à la pension Dadier située en face de la régie. À la fin du chantier, quelques monteurs firent souche à Thônes après avoir épousé ses jolies filles. Certains ont été embauchés par la régie, et un autre, marié à la fille de l’hôtelier, est parti créer de nouveaux réseaux électriques en Afrique.

La grand souci de M. Burel et de ses successeurs, T. Longchamp et L. Sondaz, reste la fragilité de l’alimentation générale arrivant au poste de Thônes : une panne de ce réseau appartenant à EDF-RTE serait catastrophique, surtout en pleine saison hivernale. Heureusement la ténacité de ces premiers dirigeants, et plus encore celle de l’actuel directeur, André Moras, permettra d’ici 5 ans, suite à d’énormes travaux commencés en 2014, de bénéficier d’un « bouclage » depuis le poste très haute tension de Cornier, via la vallée d’Entremont et Saint-Jean-de-Sixt, en alimentation respectant l’environnement car réalisée en ligne souterraine.

Petit tableau reflétant l’évolution de la régie, appelée aujourd’hui RET (Régie d’électricité de Thônes) :

1933 1953 1973 1993 2013
Nombre d’employés 8 12 20 37 39
Nombre d’abonnés 1869 3882 7022 17520 22500
kW fournis (en millions) 0,17 3 20,2 102,6 182

Aujourd’hui (valeur 2013) le territoire de la régie s’étend toujours sur 14 communes et son réseau comprend :
– 2 postes de transformation depuis le réseau RTE 63000 volts
– 464 postes 20000 volts / basse tension
– 355 km de réseau moyenne tension dont 55% souterrain
– 610 km de réseau basse tension dont 85% en souterrain

Marcel Burel restera en fonction jusqu’en 1977, assurant en plus, durant les 25 dernières années, la direction de la régie de Seyssel. Il était un fanatique de la petite reine et faisait tous ses déplacements, que ce soit vers le haut des vallées ou à Seyssel, en vélo ! Eloi Cuillery restera président du syndicat jusqu’à fin 1940.

Jacques Vulliet

(*) Alex, La Balme-de-Thuy, Le Bouchet-Mont-Charvin, Les Clefs, La Clusaz, Dingy-Saint-Clair, Entremont, Manigod, Saint-Jean-de-Sixt, Serraval, Thônes, Les Villards-sur-Thônes.

(**) Confidences faites par Marcel Burel à Maurice Frandon

Sources

  • Archives départementales de la Haute Savoie
  • Inventaire général du patrimoine culturel, Samir Mafoudi pour la région Rhône-Alpes et l’assemblée des Pays de Savoie
  • Archives personnelles de Maurice Frandon, remises aux Amis du Val de Thônes. Nous l’en remercions vivement
  • Articles parus au moment du centenaire de l’électricité à Thônes et de l’exposition au musée, en 1993, par J.B. Challamel, M.L. Blanc et M. Chaffarod

Sur le même thème
En savoir davantage à ce sujet ? Reportez-vous au n°31 des Amis du Val de Thônes, Des lieux, des Hommes, des histoires… p. 124 à 129.

Des prix Nobel à Thônes

Des prix Nobel ont séjourné à Thônes !

Le plus récent, Patrick Modiano, prix Nobel de littérature en 2014

Patrick Modiano
Patrick Modiano
(Par Frankie Fouganthin — Travail personnel, CC BY-SA 4.0, via Wikimedia Commons)

La rue des boutiques obscures, l’un de ses premiers ouvrages en 1978, nous ramène dans le Thônes des années soixante, lorsqu’il était élève du collège Saint-Joseph où il passa deux années. On voyait sa haute silhouette descendre la rue de la Saulne, remonter les Arcades jusqu’au début de la rue des Clefs où il logeait. La tête un peu penchée, déjà perdu dans des pensées qui l’emportaient loin du décor qu’il évoquerait plus tard plus tard dans son roman.
Sa réponse « c’est bizarre » à l’annonce de sa distinction, correspond bien au personnage que la télévision nous a montré. Secret, peu médiatique, il étonne par la grande différence entre sa belle écriture fluide et sa lente expression à l’oral. A Saint-Joseph déjà, l’abbé Accambray, son professeur, avait remarqué son talent littéraire. Modeste, il a refusé d’entrer à l’Académie française. La crainte du discours d’entrée, aurait-elle aussi pris part à sa décision ? On attend celui de son Nobel à Stockholm en janvier 2015 !
Il est l’auteur d’une trentaine de romans intimistes, souvent axés sur la période de « l’Occupation » qu’il n’a pas connue. « Son style s’est affiné au fil des ans avec une écriture au laser où un seul mot peut être tout un monde » dit Antoine Gallimard, son éditeur. Paradoxal, cet outil futuriste pour ciseler des mots qui dessinent le passé…
Patrick Modiano est né en 1945 à Boulogne-Billancourt. « Un Pedigree », son ouvrage de 2005, retrace une partie de sa vie autour du lac d’Annecy, notamment.

Claude Cohen-Tannoudji, prix Nobel de physique en 1997

640px-Claude_Cohen-Tannoudji
Claude Cohen-Tannoudji
(By Amir Bernat, CC BY-SA 4.0-3.0-2.5-2.0-1.0, via Wikimedia Commons)

Claude Cohen-Tannoudji est un physicien français de renom. Il est titulaire de nombreuses distinctions scientifiques internationales dès 1963. Le prix Nobel de physique lui est décerné en 1997, ainsi qu’à Steven Chu et William D. Phillips, pour leurs recherches sur le refroidissement et le confinement d’atomes par laser.
Au milieu du XXe siècle, il a fait partie de ces familles d’estivants venus de l’autre rive de la Méditerranée pour passer les mois d’été à la verte fraîcheur du Val de Thônes. Il résidait alors à l’hôtel  « Le Plainpalais », rue de la Saulne. Il a gardé et cultive de solides amitiés avec des jeunes de son âge qui habitaient Thônes et qui ont aussi fait carrière à Paris.  Même s’il ne revient que rarement dans nos parages, aujourd’hui sa destination provinciale dans les Alpes est davantage dans l’Isère,  il évoque toujours les excursions à la Tournette, suivies d’une fondue dans les cafés des Arcades ou de la place Avet, ainsi que le parfum des cyclamens cueillis au Torchon !

Monique Fillion

Sources

Robin des Bois à Manigod, ou l’incroyable odyssée de Claudy Fillion-Robin

Pour illustrer le sobriquet de plaidieux que l’on donnait aux habitants de Manigod, voici l’aventure incroyable du sieur Claude Fillion-Robin, le Robin des Bois de Manigod… dont nous devons l’évocation à la plume alerte de Michel Voisin, telle qu’elle a été contée par Monique Fillion lors de la causerie du 07 février 2014.

L’histoire débute en l’année 1762, lorsque dame Dupont, comtesse de la Barre, vend la seigneurie de Manigod au notaire de Thônes Jean-François Missillier. Ce dernier se comporte aussitôt en véritable tyran. Il fait valoir ses prérogatives avec une telle intolérance, avec un tel despotisme que le conseil municipal manigodin adresse bientôt une supplique au roi de Sardaigne (2) pour qu’il oblige le notaire thônain à rétrocéder ses droits à la commune en échange d’une somme à définir.
Les sieurs François Veyrat et Claude Fillion-Robin reçoivent alors délégation officielle pour établir et négocier l’accord. Mais le notaire traîne les pieds. A tel point qu’il ne faut pas moins de quatre années et treize voyages des deux délégataires jusqu’à Chambéry, où se trouve l’administration royale, pour mettre au point un contrat de vente qui soit acceptable par les deux parties.
Enfin, après les dernières tergiversations, une réunion publique à Manigod, le dimanche 21 septembre 1766, adopte les termes définitifs d’un projet de cession. Et le 31 décembre de la même année, pour la somme de 9.500 livres, la commune de Manigod se libère de tous les droits et privilèges dont les seigneurs feudataires avaient joui jusqu’ici. Débarrassée du joug du notaire, Manigod devient ainsi légalement une commune libre ! Du moins le croit-elle !

Car le notaire Missillier, qui n’a consenti à cette vente que sur l’ordre royal de Charles-Emmanuel III, porte l’outrecuidance jusqu’à faire table rase de la majorité des accords. Il s’estime, entre autres, toujours propriétaire des droits de chasse et de pêche. Le conflit dure encore une éternité ! Ainsi, en 1774, un dénommé Claude Burgat domicilié aux Pythières, qui a tué un lièvre déambulant près de sa ferme, se voit-il infliger une amende par le notaire thônain. Et comme le pauvre Burgat ne peut pas payer, le notaire ajoute frais sur frais à la somme initiale. L’affaire s’envenime à tel point que Missillier fait saisir la seule vache que possède le pauvre Burgat… Un huissier nommé Bachoud, escorté de ses sbires, monte de Thônes pour s’emparer de l’animal.
Mais les kidnappeurs n’allaient tout de même pas redescendre dans la vallée avec la bête. Ils n’allaient tout de même pas la nourrir tout l’hiver afin d’espérer la vendre à la prochaine foire qui ne se tiendrait qu’au printemps !
Non, l’huissier conçoit aussitôt un plan génial : vendre aux enchères l’animal saisi aux Pythières. Quand ? Mais à la sortie de la messe de Manigod, bien sûr, puisque c’est à ce moment-là que l’on trouve le plus de monde sur la place du village !

La scène se passe un dimanche de janvier 1775. Aux fidèles qui sortent de l’église, l’huissier, entouré de ses valets armés, propose :
« Qui veut ma vache ? Qui veut ma vache ? »
Et la foule de répondre unanimement : « Personne ! Personne ! »
Le vendeur insiste : « C’est une affaire ! Vous l’emporterez pour un très bon prix ! »

Mais le public est de plus en plus scandalisé devant l’arrogance des gens délégués par le notaire. Après une tentative de conciliation négociée par le syndic (3) M. Bernard-Bernardet, les Manigodins arrachent l’animal des mains de l’huissier et le rendent à son ancien propriétaire qu’une escouade de protection accompagne chez lui avec sa bête.

L’affaire suscite bientôt un retentissement considérable.
Auprès du Sénat de Savoie à Chambéry, le notaire Missillier, jouant les personnages outrés, fait passer cet incident pour une émeute populaire, pour une révolte séditieuse contre l’autorité de Sa Majesté le Roi. Et comme des prémices de révolution (un vent venu de France) commencent déjà à affoler les hautes autorités royales, le notaire enlève la décision : oui, disent les juges, il a bien été spolié ; oui, on a bien bafoué l’autorité royale sur la place de Manigod !

Dès le début février, un mandat d’arrêt est adressé aux carabiniers royaux qui viennent saisir François Bernard-Bernardet, le syndic de Manigod et tout son conseil municipal, pour les conduire dans les prisons annéciennes du Palais de l’Isle. Tous ? Non, tous sauf un… Car il manque un protagoniste à l’appel : un certain Claudy Fillion-Robin.
Cet astucieux conseiller a anticipé l’événement. Lors de l’arrestation de ses collègues il s’est habilement caché. Puis, comprenant qu’il n’y a rien à attendre du Sénat de Savoie basé à Chambéry, assemblée toute acquise au notaire Missillier, il entreprend de se rendre à la Cour du Roi à Turin, muni d’une procuration lui permettant d’officialiser sa démarche.

Le succès n’est vraiment pas garanti d’avance. Dans la capitale du Piémont, et du Royaume, il ne faut pas moins de trois mois d’obstination à notre messager. Multipliant sollicitations et suppliques à la cour, il arrive, enfin, à faire authentifier de la main même du roi, les franchises de Manigod. Ainsi la saisie de la vache était-elle illégale ? Oui ! Et l’arrestation du Conseil municipal de Manigod totalement injustifiée ? Oui, deux fois oui ! Toutefois un nouvel obstacle se dresse, encore, sur la route du valeureux Claudy.
Nous sommes toujours à Turin où Claude Fillion-Robin fait, depuis trois mois, le siège de la cour du roi Victor-Amé III (1). Sa majesté a reconnu dans leur totalité les bons droits de la commune de Manigod. Toutefois, si le recours, de la part du roi, a été obtenu gracieusement, l’entérinement de tous les documents par l’administration de la Cour est, lui, bien payant. On réclame 200 livres au pauvre Claudy ! Or il n’a plus un seul sou ! Va-t-il être contraint de repartir bredouille ? Heureusement non. Car sa détermination émeut le comte d’Arâches, messire Félix Bertholozon, du Faucigny, qui consent à avancer la somme exigée. Ouf !

Notre Claudy reçoit enfin, l’authentification de son précieux viatique : l’attestation royale permettant l’élargissement de tous ses collègues du conseil municipal injustement incarcérés… De retour dans son village, il annonce la bonne nouvelle à la population. Puis il se rend à Chambéry, au Sénat de Savoie, pour faire valider, de ce côté des Alpes, tous les documents visés à Turin.
Quelques jours de patience encore et, enfin, Claude Fillion-Robin peut envoyer une missive à Manigod demandant aux épouses et aux amis des conseillers emprisonnés d’atteler sept juments et de les amener à Annecy, jusqu’aux portes de la prison. Ce qu’ils s’empressent d’exécuter.

Toutefois, en traversant la ville de Thônes, cette cavalcade singulière intrigue tellement le notaire Missillier qu’il se met à la suivre de près, jusqu’à Annecy. Ici l’attend une bien désagréable surprise. En effet, lorsque les conseillers, tout heureux de leur élargissement, gaillardement juchés sur juments et charrettes, accompagnés de tous leurs proches, se trouvent réunis sur le Pâquier, ils aperçoivent le notaire Missillier qui arrive en ville par la route de Thônes. Claudy et sa troupe passent devant l’ex-seigneur de Manigod en redressant fièrement la tête tandis que la foule des accompagnateurs se permet moult quolibets vengeurs.
On devine que les 27 km du retour se passent dans l’allégresse. Et quand la troupe approche du chef-lieu du village, le curé Terrier fait carillonner la grande cloche de l’église. Cette initiative permet alors à une foule nombreuse et enthousiaste d’accueillir ses héros dans une liesse générale.

Quant à Robin, il mériterait bien qu’on lui élève une statue à l’entrée du village pour son obstination et le succès heureux de ses démarches.

Monique Fillion

Notes

(1) On a longtemps dit, indifféremment, Amé ou Amédée.
(2) Dans la suite des Ducs de Savoie, Victor-Amédée II (1675-1730) fut le premier Roi de Sardaigne. Il fut suivi de Charles-Emmanuel III (1730-1773) puis, par Victor-Amédée III (1773-1796).
(3) En 1738 les communes de Savoie avaient toutes reçu une administration uniforme. Les anciennes assemblées de « communiers » propriétaires furent, alors, remplacées par des Conseils présidés par un syndic (équivalent de notre maire actuel).


Sur le même thème

Les sobriquets de la vallée de Thônes

Depuis très longtemps, les habitants des villages du Val de Thônes sont affublés de surnoms par leurs voisins.nuage de sobriquets. Word it out Ces sobriquets étaient attribués à l’ensemble de la population d’une commune à cause d’un trait de caractère, d’une façon de réagir face aux événements, ou encore de l’activité principale exercée. L’objectif était souvent de ridiculiser certaines personnes du village, car les sobriquets étaient peu flatteurs, ironiques ou malicieux, mais rarement injurieux.
Ils sont encore quelquefois utilisés pour se moquer, ou tout simplement pour évoquer, des populations de tel ou tel village, à l’occasion de certaines manifestations.

Voici la liste des différents sobriquets par lesquels les habitants des villages du Val de Thônes étaient –et sont quelquefois encore- désignés, ainsi que leur origine :

  • Les berceux de Dingy Saint Clair
  • Les facheux de bris d’Alex (les fabricants de berceaux)
  • Les tambornis de La Balme de Thuy (tambours : allusion plaisante aux seaux et cuviers qu’on fabriquait dans la commune)
  • Les avares des Villards-sur-Thônes (encore de nos jours ce surnom se retrouve dans de nombreuses histoires racontées sur la pingrerie supposée des Villardins) ou les kergnes des Villards (espèce de poires dures, très répandues dans ce village, difficiles à manger !)
  • Les avocats, les philosophes de Saint-Jean-de-Sixt, on ajoutait aussi les surnoms de farauds et de muscadins (est-ce leur grande sagesse, ou leur attitude laïque qui a valu aux Saints-Jeandins leur surnom de « philosophes » ?)
  • Les doyeux d’Entremont (les joueurs)
  • Les braffieux ou brafaudis du Grand-Bornand (les brasseurs d’affaires car ils étaient réputés pour être des personnes très entreprenantes)
  • Les plaidieux (les plaideurs) du Petit-Bornand
  • Les politicos, les chaves de La Clusaz
    Au sujet des chaves il existe deux interprétations, probablement autant vraie l’une que l’autre :
    – pour certains les chaves sont des sortes de choucas qui vivent dans les rochers; les gens du bas de la vallée se moquaient ainsi des habitants de La Clusaz qui semblaient être accrochés aux pentes de leur village !
    – pour d’autres un chave est un morceau d’écorce de l’arbre. Lorsque les thônains voyaient des écorces dans le Nom (affluent du Fier qui prend sa source au Col des Aravis), c’est qu’elles arrivaient de La Clusaz… Ainsi lorsqu’ils voyaient un habitant de La Clusaz arriver à Thônes le long du Fier ils s’exclamaient : « tiens, un chave ! »
  • Les désolas des Clefs
    Avec la particularité d’avoir un sobriquet dans chaque hameau :
    Lou lech’pliats des Cliés, les gastronomes du chef-lieu
    Lou linzerde des Poyets, il fait bon profiter du soleil sur ce versant très ensoleillé
    Lou danfaré des Poyets, car l’on aimait aussi y danser dès qu’une occasion se présentait
    Lou malheureux d’La Frasse
    Lou çhantapolé d’Laçha, où devaient résider les ténors de la chorale
    Lou zélâ des Envers
    Lou r’nâ du Vié
    Lou rafâ’blesson d’Tosbrand (de Montisbrand)
    La varm’nâ de Belchamp
    Lou m’gi d’tartiffles du Crêu et des Grang’té (Les Grangettes)
  • Les rancuneux (rancuniers) de Serraval
  • Les Anglais ou les savatis de Thônes
    Cette dénomination d’Anglais pour les gens de Thônes est probablement due aux échos anglophones renvoyés d’Amérique par les émigrés des XVIIIe et XIXe siècles. (Par des dons à la ville de Thônes Joseph Avet, émigré en Louisiane, « subventionne » des cours d’anglais !). Une autre explication fait référence aux riches propriétaires et bourgeois habitant cette « ville » qui par leurs allure et habillement voulaient ressembler aux riches Anglais qui visitaient les Alpes !
    L’appellation de savatis viendrait du grand nombre de cordonniers qu’on trouvait à Thônes au Moyen Age, où l’on travaillait le cuir provenant des tanneries locales.
  • Les poures peraizaeux de Manigod (les pauvres paresseux) ou les plaidieux de Manigod (les plaideurs) de leur obstination à faire valoir leur bon droit

Il arrivait aussi que les habitants de certains hameaux soient affublés de surnoms spécifiques, souvent peu élogieux pour les personnes ! Les autres surnoms étaient propres aux individus et se retrouvent encore dans nombre de noms de famille double voir triples, encore très fréquents en Savoie.
Désormais, si vous entendez parler de brafaudis ou de philosophes, vous saurez des habitants de quel village il s’agit !

Monique Fillion

Sources


Sur le même thème

Saint Pierre Favre

Pierre Favre
Pierre Favre et son ange
(photographie C. Regat)

Désormais, saint Pierre Favre, le petit pâtre des Aravis devenu l’ambassadeur du pape, a été reconnu à l’égal de ses compagnons Ignace de Loyola et François Xavier, les trois co-fondateurs de la Compagnie de Jésus, les jésuites. Le pape François qui l’a pris pour modèle, l’a canonisé le 17 décembre 2013, jour de son propre anniversaire. En présence de 350 jésuites, il a concélébré une somptueuse messe d’actions de grâces à Rome, en l’église du Gesù, le 3 janvier dernier, jour de la célébration liturgique du Saint Nom de Jésus.

Dans le n° 30 de notre collection : « Bienheureux PIERRE FAVRE, ITINERAIRES dans l’Europe de la Renaissance. Savoie 1506 – Rome 1546″ nous évoquions, outre ses voyages, pour l’essentiel à pied et en zigzag et dans une Europe déchirée, notre espoir de le voir à son tour, canonisé. C’est aujourd’hui chose faite, nous remercions le pape François d’avoir comblé nos vœux.

Monique Fillion


Sur le même thème

Les années 14 et 15 marquent souvent des changements d’époque

Quand change-t-on de siècle ? Le calendrier ne laisse pas de place au doute, nous sommes rentrés dans le XXIe siècle, le 1er janvier 2001 ; dans le XXe siècle, le 1er janvier 1901. Mais la réalité historique est plus complexe et il est frappant de constater que, depuis le XVIIIe siècle, les années en 13, 14 et 15 ont souvent marqué des césures importantes.

1914 : « le suicide de l’Europe »

Pour le XXe siècle, cela est une évidence. La première guerre mondiale éclate le 1er août 1914 et porte en elle toute la genèse du XXe siècle. C’est tout d’abord la fin d’une période avec l’effondrement de l’Europe en tant que puissance dominante. La Grande Guerre enfante également de deux tragédies qui vont marquer l’ensemble du XXe siècle : le communisme russe (1917) et le nazisme. C’est de la défaite en 1918, du traité de Versailles de 1919, que les Nazis vont se nourrir dès leur création en 1921. Il est d’ailleurs frappant de constater que leur chef Adolf Hitler a été sauvé par la 1ère guerre mondiale. En 1914, alors âgé de 25 ans, c’est un homme à la dérive : sans profession, sans famille, sans véritable perspective d’avenir. C’est dans l’armée et la guerre qu’il a retrouvé un cadre, un but, une carrière.

mm thones
Monument aux morts de Thônes
(Photo J.-P. Chesney)

Pour nos vallées alpines, la 1ère guerre mondiale a-t-elle marqué un tournant important ? La réponse là-aussi semble évidente. 563 morts, jeunes, hommes, pour la seule vallée de Thônes : le bilan parle de lui-même. C’est aussi l’éloignement des soldats de leur foyer durant près de 5 années (d’août 1914 à octobre 1919 pour les derniers rentrés). On lie aussi cette période à une première émancipation féminine. C’est certainement vrai dans les grands centres urbains, c’est beaucoup plus discutable dans nos pays ruraux. Les femmes travaillaient énormément avant la guerre, autant après la guerre et encore davantage durant le conflit. Quant à leur pouvoir décisionnel, là aussi rien n’est certain. Dans les sociétés patriarcales, si le mari était absent, le beau-père détenait le véritable statut de chef de famille, parfois la belle-mère en cas de veuvage. Les changements ont pu être plus marqués chez les enfants avec une autorité paternelle et masculine absente. Ainsi à Saint-Martin-sur-Arve, commune aujourd’hui rattachée à Sallanches, un incident avait défrayé la chronique. Les grands garçons de l’école primaire, profitant disait-on de l’absence de leur père au foyer et du remplacement de leur instituteur par une jeune femme à l’école, avaient, durant la récréation, uriné dans les encriers. Un fait divers qui avait alors alarmé une grande partie de la population dénonçant « l’esprit déviant de la jeunesse ».

1814-1815 : L’agonie de l’empire napoléonien

Si 1914 marque le début d’une guerre, les années 1814 et 1815 marquent quant à elles, le retour à la paix en Europe. Après deux décennies de conflits, liés à la période révolutionnaire puis aux conquêtes napoléoniennes, le « Vieux Continent » retrouve une certaine stabilité.
Les puissances européennes, réunies au Congrès de Vienne (Septembre 1814-juin 1815) dessinent la nouvelle carte de l’Europe. Une Europe qui nie les aspérités nationales (Polonais, Belges, Grecs, Allemands…), sentiment trop lié à la Révolution Française, qui restaure de nombreuses monarchies (y compris en France, mais aussi en Savoie) et dont les grands contours seront respectés jusqu’en 1919. Pour la Savoie, annexée par la France depuis 1792, l’année 1814 a été une année de guerre (la première depuis 1793). Dès le 2 janvier, les hussards autrichiens arrivent à Annecy. Ils sont au Grand-Bornand le 11 mars. Le premier traité de Paris, celui de mai 1814, alors que Napoléon est en exil à l’ile d’Elbe, scinde la Savoie. La plus grande partie, à l’Ouest, est donnée au royaume de Sardaigne, les cantons de Frangy, de Saint-Julien, de La Roche, l’arrondissement de Chambéry (sauf les cantons de l’Hôpital-Conflans, de Saint-Pierre-D’Albigny, La Rochette et de Montmélian) et l’arrondissement d’Annecy à l’exception d’une partie du canton de Faverges restent à la France. Après l’épisode des Cent-Jours et la défaite définitive de Napoléon à Waterloo, le second traité de Paris (novembre 1815) redonne à la Savoie son unité. La Savoie est rendue au Piémont Sardaigne. Elle connait donc une restauration de l’ordre ancien, son souverain Victor Emmanuel Ier rétablit toutes les mesures en vigueur avant 1792 dans ce régime que l’on appelle le Buon Governo (bon gouvernement).

1715 : Le roi soleil s’éclipse

Le 1er septembre 1715, au château de Versailles, Louis XIV meurt après 72 années de règne. Avec lui, s’éteint une grande partie du XVIIe siècle, celui que l’on a surnommé en France « le grand siècle » : l’apogée de l’absolutisme royal et du rayonnement culturel français.

The_Treaty_of_Utrecht
Première édition des traités d’Utrecht, imprimée en anglais, espagnol et latin.
(By RedCoat10 via Wikimedia Commons)

Pour la Savoie, la rupture est intervenue deux ans plus tôt en 1713, avec le traité d’Utrecht qui met fin à la guerre de Succession d’Espagne. Une guerre qui a secoué l’Europe depuis 1701 mais dans laquelle la Savoie n’est intervenue qu’en 1703. Alliée à la France en 1701, la maison de Savoie change de camp en 1703, entraînant une longue occupation française de son territoire. Les ravages de la guerre et de l’occupation sont aggravés par un climat rigoureux (l’hiver 1709 a été surnommé le grand hiver) déclenchant en Savoie une famine importante. Pour la Maison de Savoie, le traité d’Utrecht a eu pour conséquence indirecte l’élévation au niveau de royaume. En effet, longtemps espagnole, la Sardaigne passe lors du traité d’Utrecht dans les possessions des Habsbourg de Vienne, qui l’échangent en 1718 contre la Sicile avec le duc de Savoie. Les ducs de Savoie portent le titre de « roi de Sardaigne » depuis le 8 août 1720 et ce jusqu’à la proclamation du royaume d’Italie le 17 mars 1861.

Pour les autres siècles, les césures sont moins importantes. On peut cependant mentionner 1515, la célèbre bataille de Marignan ou 1416 et l’érection du comté de Savoie en duché.

Et pour 2014 ?

La question est posée. Les deux prochaines années 2014 et 2015 marqueront-elles une rupture importante dans l’histoire du XXIe siècle ? A l’échelle du monde, de l’Europe ou de la Savoie, on ne peut rien affirmer pour l’instant. Mais pour la ville de Thônes, cela est une certitude. Chef-lieu de canton depuis le 22 janvier 1793, Thônes devrait perdre l’année prochaine cette distinction au profit de la ville de Faverges. Et après 31 années passées à la fonction de maire, la plus longue mandature de la commune, Jean-Bernard Challamel a décidé de ne pas briguer un nouveau mandat lors des prochaines élections municipales de mars 2014. Un véritable changement d’époque.

Jean-Philippe Chesney

 Sources

  • Almanach du Val de Thônes, N° 24, Amis du Val de Thônes, p. 54-57
  • Le Grand-Bornand au fil du temps, P. Baugey, F. Baugey, G. Bastard-Rosset,  Association « Histoire du Grand-Bornand, 2010, p.161

Les Poilus ne sont pas rentrés chez eux en novembre 1918

Le 11 novembre 1918 marque la fin d’une tragédie. Rares sont aujourd’hui les personnes à se rappeler cet évènement majeur.
Henriette Binvignat, la doyenne des Clefs née le 6 décembre 1911, est l’une d’elles. Lors de son centenaire en 2011, elle évoquait encore cette journée qui l’a tant marquée :

J’avais presque 7 ans et j’habitais avec ma mère au Cropt, dans la ferme à côté de la chapelle (aujourd’hui le restaurant « Le chalet d’en ô »). En début d’après-midi, les gendarmes de Thônes sont passés en vélo, ils ont crié à ma mère que c’était la fin de la guerre, qu’il fallait faire sonner les cloches de la chapelle. Ils sont allés jusqu’au Bouchet annoncer la bonne nouvelle. Et lorsqu’ils sont repassés au Cropt, la nuit était presque tombée, ils ont été surpris que les cloches ne sonnent plus. Ils nous ont dit qu’il fallait encore les faire sonner. Mon grand père faisait du bois au-dessus du village avec de nombreux voisins. Lorsqu’ils ont entendu les cloches, ils ont tout de suite compris et ont posé les outils. Certains, comme mon futur mari qui avait alors 17 ans sont descendus à Thônes. Il parait qu’il y avait une de ces foires…

L’armistice n’est pas la fin de la guerre
Numériser0010
Le 230° RI d’Annecy, constitué en majorité de Haut-Savoyards, a perdu 1.392 hommes durant la guerre

L’armistice, s’il signifie la fin des combats, ne signifie pas la fin de la guerre. Et les soldats ne sont pas rentrés. L’un de ces poilus est en permission chez lui, au Reposoir, le 11 novembre. A son compagnon de tranchée habitant Sallanches, il écrit qu’il est reparti le 17 novembre mais que cette fois-ci, cela ne lui a rien fait parce qu’il était sûr de rentrer. Dans sa lettre suivante, pour Noël 1918, il raconte qu’en un mois, il a marché plus de 200 km. Il faut bien occuper les hommes alors que les combats sont terminés.
Épisode encore peu connu de la guerre de 1914-1918, les hommes après le 11 novembre, sont retournés en caserne, tout en respectant une discipline militaire stricte. L’un de ces soldats, habitant Pontarlier, croise l’un de ses officiers à la fin du mois de novembre et lui dit « Mon capitaine, si nous avons gagné la guerre, ce n’est pas grâce à vous ». La logique militaire est implacable : conseil de guerre, condamnation à mort. Dans sa lettre, retrouvée à Pontarlier en 1998, le soldat écrivait à ses camarades et reconnaissait « que cette fois-ci, je suis vraiment dans de sales draps ». Mais on ne sait pas si la sentence a été exécutée.
Même les prisonniers, très nombreux durant cette guerre, une fois libérés n’ont pas été démobilisés. Rentrés pour la plupart en décembre 1918, après pour certains 4 ans de détention, ils ont pu profiter d’un mois de permission dans leur famille. Jean Perrillat-Boiteux du Grand-Bornand (captif du 18 juillet 1915 au 20 décembre 1918) a été nommé à partir du mois de mars 1919, garde-frontière à Annemasse. D’autres ont tout simplement regagné leur caserne. Le 230e RI d’Annecy, a effectué une longue série de marche durant trois semaines (25 novembre-14 décembre). Il a ensuite gagné l’Alsace nouvellement libérée et surveillé la frontière suisse.

Les derniers Poilus sont rentrés en octobre 1919

Il existe plusieurs raisons sur le fait que les soldats sont restés mobilisés. La première est qu’il était difficile de rendre immédiatement à la vie civile 9 millions de soldats. Si cela était encore possible dans le monde rural (près de la moitié des Poilus sont des cultivateurs), c’était beaucoup plus difficile pour l’industrie d’intégrer tous ces travailleurs. De plus, les politiciens français ont vu avec inquiétude les mouvements sociaux et révolutionnaires dans les pays vaincus (Hongrie, Bavière, Berlin…) animés en grande partie par les soldats démobilisés.
Mais la raison principale est le fait que la France considérait que la paix avec l’Allemagne n’était pas signée. En guise de pression, elle a conservé ses troupes mobilisées durant les négociations qui ont abouti au traité de Versailles en juin 1919. La plupart des soldats ont été rendus à la vie civile après cette date. La démobilisation était progressive et s’effectuait en fonction de la classe. Le lieutenant colonel Lourdel qui dirigeait depuis 1917 le 230e Régiment d’Infanterie d’Annecy, dans l’historique du bataillon, exprime « un regret souvent formulé pendant les derniers mois du régiment. Malgré la joie infinie du retour au foyer, il y eut quelque chose de fastidieux et d’un peu irritant dans ces démobilisations partielles où, par petits paquets anonymes, les soldats partaient perdus au milieu du train-train de chaque jour »[1].

Les derniers ont regagné leur foyer en septembre et octobre 1919, soit plus de dix mois après la fin des combats et plus de cinq ans après le début du conflit. Les derniers démobilisés étaient également les plus jeunes (classes de 1910 à 1917), et pour le vingtième anniversaire (septembre 1939) de leur retour à la vie civile, ils ont connu une nouvelle mobilisation. Rappelés sous les drapeaux pour une nouvelle guerre contre l’Allemagne, avec certainement pour beaucoup d’entre eux, le sentiment que celle que l’on avait nommée «la der des der» avec le sacrifice d’une partie de leur jeunesse et la mort de tant de leurs camarades, n’avait finalement servi à rien.

Un parcours particulier : Edouard Pochat-Cottilloux

Edouard Pochat-Cottilloux, né le 12 décembre 1896, est l’un des fondateurs de la Résistance dans la Vallée de Thônes durant la seconde guerre mondiale[2]. Il s’est vu attribuer la Médaille de la Résistance en 1946 puis, en 1949, la Croix de guerre 39-45 avec étoile de bronze. Sa citation à l’ordre du régiment le 1er octobre 1949 précise « par son activité, son influence morale et son patriotisme a su conserver, toute sa valeur à l’esprit de résistance de cette vallée. A donné à la Résistance avec son temps toutes les vertus solides des populations savoyardes. Patriote ardent restera comme un modèle de chef résistant ».

Comme tous les hommes de sa génération, Edouard Pochat est un ancien de la guerre de 14. Il est incorporé au 14e Bataillon de Chasseurs à l’âge de 18 ans, le 18 avril 1915. Après 6 mois de formation, il gagne le front le 20 octobre 1915. Il est blessé le 24 août 1917 en Alsace par « graves blessures à la cuisse droite par éclats d’obus et de torpilles à gauche de l’Hartmann, ravin de Lyberbock »[3]. En septembre 1918, il se porte volontaire pour l’expédition de Mourmansk, au nord de la Russie où les Alliés combattent les forces bolcheviques.

E. Pochat, corps exp. 1918 bis
Septembre 1918 – Le corps expéditionnaire franco-britannique à son départ pour Mourmansk. Edouard Pochat-Cottilloux est debout, le premier à gauche

Le 5 mars 1919, il est cité à l’ordre du régiment pour avoir « pris part à l’opération sur Seghedja (Russie du Nord). Après avoir énergiquement supporté une marche de plus de 150 km par plus de 30 degrés de froid, se sont distingués par leur brillante conduite le jour de l’attaque le lendemain ont contribué dans une large part à repousser une forte contre attaque de l’ennemi après un combat de 12 heures. Malgré la fatigue et le froid ont occupé la position pendant huit jours jusqu’à l’ordre de relève ». Il reçoit pour cet acte de bravoure la croix de guerre, étoile de bronze. Sa campagne de Russie se termine le 16 juin 1919 et il peut regagner le Grand-Bornand après sa démobilisation, survenue le 8 octobre 1919.

Jean-Philippe Chesney

Sources et notes
[1] Lieutenant Colonel LOURDEL, Grande Guerre 1914-1918 Historique du 230e R.I, Annecy, p. 34.
[2] La vallée de Thônes et Glières, N° 9-10, Amis du Val de Thônes, p. 33-34.
[3] Archives départementales de Haute-Savoie, 1R 826, registre militaire, classe 1916.


Sur le même thème

Notre article Il y a cent ans éclatait la première guerre mondiale